Football en Egypte, pas comme dans la rue.

Article : Football en Egypte, pas comme dans la rue.
27 novembre 2012

Football en Egypte, pas comme dans la rue.

 

Séance d’entrainement sur un stade d’Alexandrie

Il y a bien des choses auxquelles il ne faut pas toucher quand on est en Egypte. (Ne me demandez surtout pas de les lister).

Une chose est sûre,  Alexandrie a cessé de vivre, ce Samedi  17 Novembre (La baisse du trafic était exceptionnelle).

Et comme  si cela ne suffisait pas, il fallait bien que je rate ma navette habituelle, celle qui devrait me faire traverser la grande bourgade égyptienne (Ah ! un autre mot qui me vient d’une autre ‘’mondoblogueuse’’…suivez mon regard)

Rien à faire, je dois me débrouiller avec le tramway…enfin…, ce genre de ‘’train moderne’’ (que je découvre ici) qui roule en plein centre-ville au moyen de l’électricité et qui dispute la route principale avec les d’automobilistes (Sacrilège !!!…chez moi, le train c’est pour traverser, les brousses et relier les grandes villes du Togo…pas sur la grande route quand même!!! De toute façon,  elle ne sert qu’au transport des matières premières …).

Revenons à mon histoire ; le tramway habituellement bondé, me laissais ce samedi-là, la possibilité de changer de place à volonté et de jouer le ‘’Grand’’… Rassurez-vous, il n’y avait pas de catastrophe naturelle, encore que nous ne sommes pas à ce fameux 21 décembre prochain (grrrrrr).

Je viens de me rappeler, Al Ahly, l’un des plus importants clubs de football d’Egypte jouait la finale de la ligue des champions africaine face à l’Espérance sportive de Tunis…Ah oui !!!, le football !!!, le foot et encore le foot. S’il est une passion au Togo, ici elle fait bien partie de ces choses auxquelles il vaut mieux ne pas y toucher. Notons au passage qu’Al Ahly a remporté le match sur un score de 2-1 , et s’adjuge au passage un septième titre africain.

Tiens! pour saisir la réalité du football ici, j’ai fait un tour dans l’un des nombreux centres d’entrainement de football de la ville d’Alexandrie et j’en ai eu pour ma dose.

Ils sont des centaines, des adolescents, d’une moyenne d’âge de 12 ans, chaussés de ‘’crampons’’, en maillot uniforme,  et prêt à se défouler sur la balle ronde. Quel magnifique spectacle !!! Rien à voir avec le vrai football de rue, qui se joue quand on a envie de se défouler dans ‘’mon Lomé’’. Dans les ruelles de Kodjoviakopé (le quartier où jouait Emmanuel Adébayor dans son enfance), juste un ballon et de deux blocs de pierres suffisent pour jouer au football.

A Alexandrie, Le football est une industrie, et je peux bien l’affirmer. Quand j’y pense, je comprends pourquoi l’Egypte s’est adjugé trois fois de suite le titre de champion d’Afrique. Bon !… la Centrafrique n’a pas permis aux Pharaons de se qualifier pour cette CAN 2013. Peut-être que la révolution est passée par là aussi ? (qui sait) De toute façon sur cette pelouse, ce sont les parents qui jouent le premier rôle. Ils n’hésitent pas à se lever et à acclamer cette génération montante qui se donne du plaisir à courir derrière le ballon rond. Je reste bouche-bée et je ne peux que contempler ce spectacle.

Pourquoi ne pense-t-on pas à ce genre d’infrastructure dans mon ‘’Lomé’’ ? Dans tous les cas, il ne nous en avait pas fallu autant pour se qualifier pour le mondial 2006 au pays de Merkel, et une énième coupe d’Afrique des Nations en Afrique du Sud.

Pour l’heure, les Pharaons poursuivent leurs préparations et lancent un signal fort à destination du monde footballistique.

Partagez